Les Jeunes MR demandent de consacrer la défense européenne commune (un leadership européen politique, administratif et militaire) et de développer un Etat-major unique européen avec une réelle capacité de décision et d’action.

Plusieurs chefs d’État ou ministres ont apporté leur soutien à l’idée d’une défense commune de l’Union. Cette possibilité, requérant l’unanimité des États membres, a été inscrite dans l’article 42 du traité sur l’Union européenne dès l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne le 1er décembre 2009.

Cependant l’intégration européenne a été approfondie dans ce domaine ces dernières années dans le cadre de la politique commune de sécurité et de défense (PCSD), qui est une branche essentielle de la politique étrangère et de sécurité commune, et par la création de forces internationales distinctes concernant la défense de l’Union. Un certain nombre d’opérations militaires de la PCSD ont été déployées ces dernières années.

C’est pourquoi les Jeunes MR plaident pour la proposition suivante :

  1. Développer un Etat-major unique européen avec une réelle capacité de décision et d’action.

En matière de politique étrangère, les Jeunes MR souhaitent également :

  • Réformer le Service européen pour l’action extérieure en définissant plus clairement le rôle du Haut représentant et en lui conférant de réelles responsabilités en matière de politique étrangère.

La fonction de Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité voit le jour dans le cadre du Traité de Lisbonne. Son rôle est de conduire la politique extérieure de l’Union européenne. Ce poste regroupe les compétences liées à la politique étrangère et de sécurité commune. Grâce à ce Haut représentant, l’action extérieure de l’UE doit gagner en cohérence, en efficacité et en visibilité. Le Haut représentant participe activement à la politique étrangère et de sécurité commune de l’Union. Il n’a cependant pas le monopole de la représentation extérieure de l’UE (tâche partagée avec le Président du Conseil européen).

De son côté, le Service européen pour l’action extérieure (SEAE ou simplement appelé Service extérieur) est un organe institutionnel de l’Union européenne, placé sous l’autorité du Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Le traité de Lisbonne prévoit que “dans l’accomplissement de son mandat, le Haut représentant s’appuie sur un service européen pour l’action extérieure (SEAE)”.

C’est pourquoi les Jeunes MR plaident pour un renforcement des pouvoirs et de la position de Haut représentant. Celui-ci doit disposer de réelles responsabilités dans les tâches qui lui incombent.